Ateliers/Séminaires/Colloques

2018

25 octobre

4e séminaire au DIC session automne 2018, thème :  Apprentissage, perception, langage  Détails


13 avril

Première journée Juniors / Industrie de l’ISC

Journée dédiée à l’abduction dans la conception appliquée à l’industrie du logiciel – particulièrement les logiciels de text mining et d’intelligence concurrentielle.

« La sélection d’un projet d’innovation pour le développement de produits est une décision complexe, stratégique et managériale qui partage une partie essentielle avec l’idéation conceptuelle et l’évaluation dans la conception: l’évaluation de la créativité. Ce problème est particulièrement prononcé pour les produits qui n’existent pas encore ou n’ont jamais été commercialisés en masse. /…/ Comment cette décision peut-elle être affectée par des formes de raisonnement logique? » (Dong et al., 2012)

09 :30 L’abduction dans les sciences du design
Présentation du professeur Andy Dong, directeur du programme MBA en stratégie de design au California College of the Arts.

11 :00 Panel : innovation, conception et sciences du design
11 :30 Les besoins en intelligence de la Ville de Montréal
Présentation de Sylvain Perras, Directeur et CIO, Service des technologies de l’information à la Ville de Montréal

13 :30 Défis de l’intelligence d’affaires en France et dans le monde
Présentation de Charles Huot, président du Groupement Français de l’Industrie de l’Information (GFII).

14 :30 Panel : technologie du text mining et intelligence artificielle


12 avril

Séminaire conjoint du programme de doctorat en informatique cognitive et de l’Institut des sciences cognitives

L’abduction comme mode de raisonnement en sciences du design

Invités : Andy Dong, Ph.D., Charles Huot, Ph.D., Serge Robert, Ph.D.

Serge Robert – Introduction à l’abduction comme mode de raisonnement Écouter
Andy Dong – L’abduction et les sciences du design  Écouter
Charles Huot – L’abduction dans les affaires, retour d’expériences    Écouter


22 mars 2018

Atelier sur la publication d’articles avec le professeur Eelko Huizingh, de l’Université de Groningen, aux Pays Bas.



2012

Denis Bouchard – L’origine du langage

Vendredi de 14h à 17h à la session d’automne 2012 à l’Université de Montréal

Contact: Manon Legault, Département de linguistique 987-3000, #3072.

Le langage est le trait le plus visible qui nous distingue des autres animaux. Depuis toujours, la question de son origine fascine les humains. Trouver la clé de cette capacité nécessite des comparaisons avec les autres espèces qui font ressortir ce qui nous en distingue sur tous les plans possiblement pertinents: cognitif, neurologique, physiologique, comportemental, etc. C’est donc une question extrêmement complexe qui concerne plusieurs disciplines. Il ne suffit pas de proposer un scénario plausible quant à pourquoi et comment le langage est apparu chez les humains et pas chez les autres animaux. Les linguistes veulent savoir pourquoi et comment le langage s’est développé avec les propriétés que l’on observe plutôt que d’autres qui seraient logiquement possibles. Ce cours aborde donc les grandes questions: Qu’est-ce que le langage qu’il ait pu évoluer? Pourquoi et comment le langage est-il apparu chez les humains et pas chez les autres animaux? Pourquoi et comment le langage s’est-il développé avec les propriétés que l’on observe plutôt que d’autres? Nous regarderons ce que différentes approches apportent comme réponses à ces questions. Aucune n’étant satisfaisante, nous proposerons une approche basée sur des systèmes neurologiques spécifiques aux humains, récemment découverts et qui ont la capacité de fonctionner de façon strictement interne, sans lien avec les systèmes moteurs ou perceptuels. Ce petit changement dans le cerveau de nos ancêtres a eu une cascade de conséquences. En particulier, ils ont permis l’émergence du signe saussurien. Nous montrerons qu’une fois cette étape franchie, les propriétés des substances du signe, comme certains processus combinatoires élémentaires, ont fait émerger les autres propriétés du langage dans toute leur complexité.


2011

2 et 3 juin

Colloque “Informatique cognitive et sa place dans l’industrie”

Télécharger le programme du colloque qui aura lieu les 2 et 3 juin prochain

Si vous désirez participer à la conférence veuillez nous signifier votre intention sur le doodle (http://doodle.com/xxrihipp5mie2c9s) et ce avant le 30 mai prochain.

Toutes autres informations sont sur le site du colloque : http://sites.google.com/site/icetsaplacedanslindustrie/

2 juin : Journée Informatique Cognitive et Industrie

  • Martin Noël – Mot de bienvenue, TELUQ, 9h-9h15;
  • Pierre Dumouchel (parole) – Détection des émotions à partir d’un signal de parole : performances et applications industrielles, CRIM, 9h15-10h00;
  • Parisa Darvish (vision) – Détection automatique d’indicateurs faciaux de charge cognitive pour l’analyse des expressions faciales dans le contexte d’un simulateur de conduite automobile, CRIM, 10h00-10h45;
  • Claude Chapdelaine (vision) – L’adaptation de la production et de la diffusion de contenu audio-visuel aux processus cognitifs des personnes aveugles et malvoyantes,CRIM, 11h00-11h45;
  • Caroline BarrièreJean-François Lavallée, (traitement des langues naturelles) – Analyse textuelle dans le domaine du recrutement, CRIM, 11h45-12h30;
  • Célia Hodent – Cerveaux, jeux vidéos et utilisabilité, Ubisoft, 14h00-14h45;
  • Shibl Mourad – Présentation de la Google Prediction API, Google, 14h45-15h30.

3 juin – Journée Informatique Cognitive

  • Dung Nguyen – De l’informatique cognitive à l’entrepreneuriat, 9h15-10h00;
  • Petko Valtchev – Découverte de connaissances conceptuelles à partir de données multi-relationnelles, UQAM, 10h00-10h45;
  • Nicolas Bouillot – Collaboration musicale parmi un groupe d’exécutants distribuésCenter for Intelligent Machines, McGill, 11h00-11h45;
  • Tran Cao De – Reconnaissance de forme sur des dispositifs nomades (RecoNomad), Cantho University, 11h45-12h30;
  • Fabienne Venant (sémantique) – Dessine-moi une ambiguïté – Université Nancy 2, 14h00-14h45;
  • Anne-Marie Di Scullio – (linguistique – asymétrie d’interfaces des langues naturelles) – The recovery of null arguments in pronominal anaphora resolution, UQAM, 14h45-15h30;
  • Gilbert Paquette – Tendances et enjeux en informatique cognitive (Conférence de clôture), TELUQ, 15h45-16h45.

7 avril

Prédire les ratés du moteur de recherche cérébral

séminaire du DIC local PK-5115. Le conférencier invité est monsieur Francois Richer, professeur de neuropsychologie à l’UQAM.

Résumé : Les troubles cognitifs les plus fréquents sont ceux qui touchent le moteur de recherche cérébral. En plus de nous faire faire des gaffes, ces troubles exécutifs nous font souvent négliger des informations, des possibilités et des objectifs importants pour une situation donnée. Ils réduisent donc l’imagination à la base de la résolution de problèmes quotidiens. Le moteur de recherche cérébral est sensible à l’expertise et à l’interférence affectant la recherche de contenus. Il est aussi sensible aux motivations et à la dynamique des thèmes cognitifs qui compétitionnent pour l’accès à la conscience. Une meilleure compréhension de ces facteurs permettra de mieux simuler son fonctionnement pour mieux prédire l’erreur humaine et développer des outils pour assister les humains ayant perdu des capacités cognitives.

Bio : Francois Richer a été formé en neuropsychologie à l’Université McGill, à l’Université de Montréal et à UCLA. Il est maintenant professeur de neuropsychologie à l’UQAM. Il a travaillé sur les bases cérébrales de l’attention et de la planification de l’action en outre avec des populations cliniques et des mesures de l’activité cérébrale. Ses travaux ont été financés par le CRSNG, les IRSC, le FQRNT, le FRSQ et le FQRSC.

 


2009

Technologies cognitives (ACFAS)

Dans le cadre du congrès de l’ACFAS (mai 2009, Ottawa), l’Institut des Sciences Cognitives de l’UQAM (ISC) et la Cognitive Science Students Society de l’Université McGill (CSSS) organisent un colloque sur le thème des TECHNOLOGIES COGNITIVES, vues comme l’ensemble des moyens créés et utilisés par les humains pour atteindre des objectifs cognitifs. L’objectif principal de ce colloque est d’offrir un lieu de rencontre favorisant les contacts entre différents domaines et différents acteurs des sciences cognitives.

Ce colloque comportera une première partie de présentations invitées traitant divers aspects des technologies cognitives (les conférenciers confirmés à l’heure actuelle aborderont le télé enseignement, la substitution sensorielle et la gestion des connaissances). Une deuxième partie, qui fait l’objet de cet appel à communication, permettra à des étudiants et des chercheurs de présenter leurs travaux de recherche dans le domaine des technologies cognitives, puis la journée sera close par une table ronde et des discussions générales.

Le format retenu pour la deuxième partie du colloque est celui d’une session de présentations par affiches, format idéal pour permettre des interactions significatives entre les participants. Étant donné que le format affiche n’est pas un exercice existant avec la même force dans la culture de toutes les disciplines liées aux sciences cognitives, n’hésitez pas à entrer en contact avec les organisateurs si vous désirez des conseils ou avez des questions sur la production d’une communication dans ce format.

De manière non exhaustive, les thèmes suivants sont pertinents : thérapies cognitives, remédiation cognitive, neurofeedback, cognition distribuée sur des artéfacts, intelligence artificielle, interfaces homme machine, traitement automatique des langues, didactique, stratégies ou outils de collaboration, logiciels ludoeducatifs, dopants cognitifs. Des communications de fond, comme sur l’histoire des sciences et technologies cognitives, l’éthique des produits dopants cognitifs ou les aspects cognitifs de l’écriture sont eux aussi parfaitement recevables. Les propositions présentant des projets de recherche à leurs débuts sont acceptables dans la mesure où les étudiants pourront tirer profit de ce forum pour raffiner leurs objectifs et leurs besoins et prendre des contacts importants pour la poursuite de leurs travaux. Des propositions comprenant un élément de démonstration sont les bienvenues ; contactez les organisateurs pour valider vos besoins.

  • Format de la soumission : résumé de 1500 caractères maximum, ainsi qu’un titre, les noms, courriels et affiliations de tous les auteurs (le texte soumis aux évaluateurs sera anonyme).
  • Procédure de soumission : poster directement vos résumés aux organisateurs
  • Format final : communication affichée (poster)
  • Date limite de soumission : 2 février 2009 9 février 2009
  • Date de l’évènement : le jeudi 14 mai 2009, à Ottawa
  • Langue : Le congrès de l’ACFAS est un évènement fondamentalement francophone, et la langue officielle de communication est le français. Toutefois, une certaine proportion de communications en langue anglaise est acceptable.

Organisateurs :

  • Guillaume Chicoisne, PhD, Institut des sciences cognitives, UQAM
  • Caroline Émond, doctorante, linguistique, UQAM
  • Will Shown, étudiant BA&Sc, sciences cognitives, McGill

 

Institut des sciences cognitives

Fondé en 2003, l'Institut des Sciences Cognitives de l'UQAM vise à favoriser la recherche et le développement de compétences dans le domaine des sciences cognitives, à en partager les connaissances, à faciliter les échanges interdisciplinaires et à animer la communauté locale.

Coordonnées

Institut des sciences cognitives
Local DS-4202
320, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2X 1L7